Passage de l’ours à Tilhouse

Une journée particulière

En ce samedi matin 7 juin 2003, je buvais mon café « chez Pitou » (auberge du village avec vente de tabac, cigarettes et dépôt de La Dépêche, encore en activité en ce temps-là) en compagnie de Gilbert Ozon et de trois ou quatre habitués. Ce dernier me montra, sorti de sa poche, un morceau de branchette et me dit : « J’ai trouvé des empreintes de pieds du côté de la cabane d’Henri à l’Entrépède et elles ont cette taille- là, je ne sais pas ce que cela peut bien être comme animal ? ». Examinant son bout de bois je lui répondis : « Vue la taille il ne peut s’agir que d’un Ours ! ! ! ».

Sur ce, nous voilà repartis sur le terrain pour approfondir un peu mieux ces traces. Effectivement cela semblait bien être des traces d’Ours. Dans le pré jouxtant la cabane, le foin laissait apparaître une large traînée ondulante sur toute sa longueur et à la sortie sur le chemin, la haie avait été traversée et montrait un gros trou en son milieu. De très nombreuses empreintes de pieds étaient visibles sur le chemin, boueux ce jour-là, qui mène vers l’Arrazé.

« Lou Moussu » avait traversé les bois du bas du village de Tilhouse dans la nuit du 6 au 7 juin 2003.

Gilbert prévient alors Roger Duffau, président de la Société de Chasse de Tilhouse cette année-là. Ce dernier appelle les gardes-chasse du secteur pour les avertir de ce passage mais ceux-ci doutent de ses dires :
« Tu ne te trompes pas… ? Il n’y a pas d’ours dans le secteur… ! Tu dois confondre avec d’autres animaux…
Tu es sûr que ce n’est pas un chien ?… ». Ceux qui connaissent Roger peuvent imaginer le genre de réponses qu’il a pu leur faire… ! ! !

Finalement les gardes se déplacent et à la vue des traces informent les responsables du suivi de l’Ours qui arrivent dans l’après-midi confirmant nos premières impressions. Ils procèdent alors à la fabrication de moulages de plâtre et des relevés de traces de pieds sont effectués jusqu’au pré de « Mouléte » à l’Arrazé où les recherches sont stoppées au cas où « Lou Moussu » serait encore dans les parages. Des poils sont également recueillis dans le trou de la haie de l’Entrépède.

Par la suite une ruche de « Goutillou » fut retrouvée renversée et éclatée ; une bauge fut relevée dans le foin en bas du pré traversé par l’Ours (peut-être digérait-il le miel de la ruche ?).

Toutes ces indications laissaient supposer que cet Ours devait être PYROS lâché en mai 1997 à Melles (Haute-Garonne), âgé alors de 9 ans et pesant 235 Kg. Ne donnant plus aucun signe de vie, notre visiteur Pyros est maintenant supposé décédé.

Selon divers renseignements, cet Ours serait passé à Cieutat, Tilhouse (Goutillou, Entrépède, Arrazé, Cuyalas, Pré de Matéou…), Espéchère, Prat, Esparros puis dans la montagne des Baronnies.

Certaines polémiques eurent lieu à ce moment-là. Les pro-ours prétextèrent que ce n’étaient pas de vraies empreintes mais des photos de moulages ; que les ours ne descendaient pas à si basse altitude (500 ou 600 m), etc. Les photos prises sur le terrain ce jour-là et les jours suivants par moi-même et d’autres Tilhousains prouvent bien la réalité des faits.

Suite à cette visite impromptue et pendant quelques jours, de nombreux curieux se rendirent sur les lieux pour observer les désormais célèbres traces laissées par Pyros.

Quant aux promeneurs, randonneurs et chercheurs de champignons, ils eurent par la suite un peu de mal à regagner les bois du bas du village sans quelque appréhension…

P.S : A noter que le 7 juin est la fête des Gilbert. Un clin d’œil à Gilbert qui vient de nous quitter.

Yves Sordo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *